Diana Gutjahr (entrepreneuse et conseillère nationale) et Thomas Hurter (pilote de ligne et conseiller national) rejoignent Peter Spuhler (CEO de Stadler Rail), Heinz Tännler (conseiller d’État ZG), Christoph Neuhaus (conseiller d’État BE), Ernst Stocker (conseiller d’État ZH), Jakob Stark (conseiller d’État TG) sur la liste des personnalités UDC qui expriment publiquement des réserves sérieuses à l’encontre de l’initiative contre les Bilatérales déposée par leur parti. Notons ici que nous sommes en pleine année électorale. Cela montre que l’initiative est plus radicale qu’aucune autre, ou presque, jusqu’ici. Cette dernière s’en prend directement à une voie bilatérale, pourtant couronnée de succès. En cas d’acceptation, le gouvernement serait tenu de dénoncer l’accord sur la libre circulation des personnes avec l’UE et l’AELE dans un délai de treize mois seulement. Si bien qu’en raison de la clause guillotine, les six autres accords bilatéraux I (transports terrestres et aérien, agriculture, recherche, obstacles techniques au commerce, marchés publics) cesseraient automatiquement d’être appliqués. La clause guillotine prévoit en effet qu’il n’est pas possible de dénoncer un seul accord bilatéral I : c’est tout ou rien. Et cela va trop loin, même pour certains représentants de l’UDC.

Diana Gutjahr: des réserves d’ordre économique

Diana Gutjahr dirige la société Ernst Fischer AG à Romanshorn (TG). Il s’agit d’une société de construction en métal et en acier à vocation nationale et internationale. En ce qui concerne l’initiative de l’UDC contre les Bilatérales – sur laquelle le peuple se prononcera vraisemblablement en mai 2020 –, Diana Gutjahr a des réserves d’ordre économique. «Les accords bilatéraux sont importants pour la Suisse», affirme l’entrepreneuse.

Thomas Hurter: «La voie bilatérale est la voie royale. L’initiative serait dommageable pour la Suisse»

Les propos de Thomas Hurter sont également très clairs. Il souligne que pour un pays fortement interconnecté comme la Suisse de bonnes relations avec les autres pays sont importantes. La Suisse compte des milliers de sociétés et organisations actives à l’international qui ont besoin de l’accord sur la libre circulation des personnes. Thomas Hurter, pilote de profession, estime que menacer l’accord sur le trafic aérien avec l’UE serait une mauvaise idée. Or, en cas d’acceptation de l’initiative de l’UDC contre les Bilatérales, cet accord serait menacé.

Large alliance en faveur de la voie bilatérale

ouverte+souveraine se réjouit de voir de telles personnalités prendre leur distance par rapport à l’initiative UDC contre les Bilatérales. C’est un pas de plus vers le maintien de la voie bilatérale, ce pour quoi ouverte+souveraine s’engage avec une large alliance nationale.

Cet article se fonde sur le Blick du 19. September: https://www.blick.ch/news/politik/parteiinterne-ohrfeige-ausgerechnet-beim-kernthema-einwanderung-svp-duo-kehrt-begrenzungs-initiative-den-ruecken-id15522773.html.

Nouveau dossierpolitique d’economiesuisse: https://www.economiesuisse.ch/fr/dossier-politique/linitiative-contre-les-bilaterales-mettrait-un-terme-la-voie-bilaterale