Fischer Reinach AG est l'une des entreprises leader dans le secteur de l'approvisionnement industriel. Elle est présente dans le monde entier dans les secteurs de la quincaillerie, de l'automobile, de l'électricité et de l'électronique. Plus de 6 milliards de pièces sont produites chaque année, dont plus de 90 % sont exportées. En 2018, l'entreprise familiale, qui emploie actuellement 120 personnes, a fêté son 175e anniversaire. Peter Fischer, président du conseil d'administration, explique dans un court métrage ce qui fait le succès de Fischer Reinach AG et pourquoi l'initiative contre le droit international - qui sera soumise en votation populaire le 25 novembre - est si dangereuse.

«Nous produisons sur le site de production le plus cher au monde. Et nonobstant, notre économie se porte bien », explique Peter Fischer. Cela est dû en partie à la bonne coopération avec d'autres pays - en particulier avec l'UE. Grâce aux accords bilatéraux existants, Fischer Reinach AG peut exporter relativement bien et sans obstacles vers l'UE. Parce qu'il s'agit toujours du partenaire commercial le plus important de l'entreprise. Avec un volume d'exportation de plus de 90 %, ce réseau commercial mondial est ainsi essentiel pour le succès de l'entreprise.

« L'initiative contre le droit international nuit à notre entreprise, mais aussi à toutes les PME suisses et à l'économie dans son ensemble », explique Peter Fischer. Nos partenaires commerciaux réagiraient avec incompréhension s'ils découvraient que nous placerions notre droit au-dessus de règles communément admises. Au cours de toutes ces années, la Suisse s'est en effet forgée une réputation de partenaire contractuel fiable. « Si l'initiative devait être acceptée par le peuple, qui voudrait encore coopérer avec la Suisse ou avec des partenaires suisses ? Qui voudrait encore nous faire confiance et croire en notre fiabilité ? », demande Peter Fischer. « Nous devons protéger notre pays, préserver nos traditions et en même temps, nous affirmer sur le marché mondial - c'est tout sauf des éléments contradictoires entre eux. », résume Peter Fischer.

Le court métrage a été réalisé par Swissmem. De plus amples informations sont disponibles à l'adresse www.swissmem-europe.ch.